×

Nous récoltons vos données

Nous stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme la mesure du nombre de visiteurs. Ces informations seront conservées 13 mois à des fins statistiques. Vous pouvez faire un choix ici et modifier vos préférences à tout moment sur notre page concernant les cookies accessibles depuis toutes les pages de ce site web. Aucun cookie ne sera déposé si vous décidez de remettre votre choix à plus tard.Pour en savoir plus sur les cookies, les données que nous utilisons, les traitements que nous réalisons, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.
Tout accepter Tout refuser
×

Paramétrer les cookies

Nous déposons des cookies et utilisons des informations non sensibles de votre appareil pour améliorer nos produits. Vous pouvez accepter ou refuser ces différentes opérations.

Accueil


Français   Mise à jour : 2024 05 30

Le contenu de ce site est donné à titre informatif, dans le cadre strict de la recherche exploratoire ; les données n'ont pas été évaluées par les agences officielles, toute utilisation autre qu'à but culturel et de recherche et faite par des personnes compétentes et averties, ne peut l'être que sous la seule et totale responsabilité de leur auteur.
Nous déclinons toute responsabilité quant à un usage autre. De même, toute personne se sachant atteinte d'une maladie, ou pensant l'être, se doit de contacter son médecin et ne doit en aucun cas suspendre son traitement ou le modifier de quelque manière que ce soit.


L'information "pure".


Contre vents et marées, l’homéopathie poursuit sa carrière depuis deux siècles malgré les obstacles et les contraintes que les Laboratoires pharmaceutiques lui imposent pour la brider.
Ce n’est que depuis la thèse d'une élève du Dr J. Benveniste, que l’homéopathie a pris de nouvelles « racines ». C’est aussi à la suite d'autres travaux que J. Benveniste a entrepris l’enregistrement numérique de substances chimiques. Ces travaux ont été repris avec sérieux par le Pr Luc Montagnier.

La notion d’information « pure », non physico-chimique, conduit aux remèdes numériques. Cette information émane de toutes les substances médicinales ; le remède homéopathique en haute dilution en est le meilleur exemple : la substance pharmacologique originelle en est absente.

Pour notre part, nous lisons distinctement le Pouls de P. Nogier. D’ailleurs, bien des praticiens pourraient se perfectionner dans cet examen somme toute clinique puisqu’il s’agit d’une palpation. Ce pouls est un instrument biologique à nul autre pareil ; aucun appareil de mesure physique ne peut le remplacer. Il a grandement fait défaut à nos deux premiers chercheurs.

Promoteur du site www.pulsologie.com. , j’ai acquis assez d’expérience pour mettre le pouls de Nogier au service de l’information médicinale.

Les remèdes numériques, de ce nouveau site, sont à la fois l’aboutissement pratique du site de Pulsologie et de ses nombreuses mises à jour.
Les champs informatifs de ces remèdes sont transférables, via l’écran de l’ordinateur, vers le patient qui s’y expose. Transférables aussi via des substances porteuses d’une certaine mémoire, les substances inférables. L’eau ou le granule homéopathique fait de saccharose-lactose (85/15 pour cent) sont des substances inférables.
Les champs informatifs de ces substances sont aussi accessibles aux chercheurs.

Les remèdes numérisés sont très nombreux et forment diverses collections qui sont en libre accès. Mais cette offre peut être menacée par d’éventuelles querelles avec les entreprises pharmaceutiques. Même les produits homéopathiques sont présentés sous la seule forme 12CH. Il est envisageable de transférer l’information d’une 12CH sur un support (eau…).






Les Motchamps




Ces Motchamps constituent la nouveauté de notre Mise à jour.

Dans l’Accueil de « soins-numerises.com », nous avons dit, que les champs informatifs procèdent de la Vie, mais aussi du Verbe et de chaque "Mot".
Ceci est une évolution, une mutation, une spiritualisation de notre recherche.


Du point central zoomé au Mot en son entier.


Nos précédents Biofilms émanaient d’un point central zoomé.
Ce point représentait le « noyau » d’une Bande passante audio ou de toute photo d’image pathologique. Il était repéré avec un détecteur particulier. Son amplification (zoom) était censée marginaliser l’image environnante au profit de ce noyau. Et il m’apporta des résultats thérapeutiques encourageants mais inconstants……

Puis nous sommes passés au Mot bien cadré. La photo d’une rougeole par exemple fut remplacée par le mot « Rougeole ». Avec étonnement nous avons constaté que ce mot avait lui aussi un centre et ce point central pouvait être exploité comme ci-dessus. Nous avons seulement été intrigués de noter que ce point central résonnait bien au survol par un détecteur mais qu’assez souvent, pour d’autres Mots, il résonnait en halo comme en regard d’un point en creux (pseudo-résonance)… Ceci m’amena à m'interroger sur la pertinence de mes stylo-détecteurs




Détecteur biologique de premier plan : le Médius




J’en revins alors au détecteur biologique que j’avais décrit, il y a longtemps, à propos de la division en damier de 32 champs cutanés du corps. Le Médius de ma main D a cette capacité, à son extrémité, de résumer les 4 champs basiques du damier crânien ; il en va de même du Médius G et des médius des orteils.










Par survol de mon médius sur les mots-cadrés, je retrouvais deux types de Mots : ceux dont le milieu, initialement, pulse fort (mot B) et ceux dont les extrémités initialement pulsent fort (mot A).

1/ Mot de type B


En approfondissant l’analyse, le Mot-cadré B (écrit Noir sur Blanc), émet, quatre champs internes : L = pulsation en Long, T = en Travers, ligne supérieure D = pouls en biais, supérieure G en biais inversé.

Mais ce mot de type B se caractérise par son état oscillant. Pour l’angle droit inférieur par exemple, les 6 pulsations L (en long) sont suivies de 6 pulsations T (en travers). Les 3 autres angles se métamorphosent simultanément ; puis retour à l’état initial.






Dans l’exemple donné « Mot » appartient au groupe B.



2/ Passons au Mot de type A









Si j’analyse un antiseptique comme Ercéfuryl,  je suis en présence d’un Motfilm A : le médius révèle que les extrémités du mot résonnent en priorité et que T, L ou Obliques sont perceptibles aux 4 coins internes du Mot.

Mais les 4 champs internes oscillent encore.





Cet état oscillant et lancinant est un problème que nous avons dû dénouer.



                                                                                                 
Nous avons dit que chaque mot est divisible en 4 champs internes via le médius.
Nous est venue alors l’Idée de transférer au Mot une structure à 4 champs, celle qui correspond au damier cutané, comme celui, vu ci-dessus, représentant le sommet de la tête.

.










Cette conformation nous offre un damier dont les surfaces internes sont spéciales.
En partant en haut à gauche et dans le sens horaire, nous avons un aspect BNBN (blanc-noir-blanc-noir).

Le centre du mot, qui est défini par le croisement des deux lignes, ne résonne plus sous la pointe du Médius, il est silencieux, Nul, de manière stable.

Les cadres internes du Mot et leur Halo externe entrent en résonance continue. Et cette résonance va croissant au fur-et-à-mesure que l’on s’éloigne du point central.

Les quatre champs et leur halo procèdent de manière subtile : le pouls pulse, dans chaque champ, selon 32 axes qu’il faut certes être apte à appréhender… Ceci évoque les points stellaires décrits il y a très longtemps sur le site de Pulsologie.
Les deux champs noirs sont synchrones et les deux blancs aussi ; les blancs sont en opposition axiale par rapport aux noirs.

Finalement ces Motfilms ont un centre NUL très stable et une périphérie très pulsante.

Leur damier est en harmonie avec les champs cutanés de la pointe du Médius et plus généralement avec les 32 champs du malade


.

Le Damier inversé

Le Mot BNBN est devenu NBNB.
En regard du Médius, ce Mot révèle plusieurs choses. C’est le centre du Mot qui pulse le plus fortement. Et il pulse de manière transversale continue.
Quand on s’éloigne du centre, la force des pulsations transversales décline très rapidement de sorte que le Halo est très vite silencieux.

Cette transversalité des pulsations est considérée comme nocive par sa fixité, de plus elle va à l’encontre des 32 axes vus précédemment.

A rebours, le Mot en BNBN est considéré comme biologique et donc favorable.


LE MALADE ET SES 2 REPRÉSENTATIONS




Il peut se manifester via sa photo (tête et cou) envoyée par mail ou WhatsApp.

Il est aussi possible de le mettre en mot : « Prénom-N. »


Prénom-N.

Pour être en harmonie avec les listes de médicaments en damier, ce Prénom-N. doit subir, via Paint, une « mise en damier » lui-même :



Paint offre la possibilité d’inverser les couleurs de BNBN en NBNB. La forme, qui doit être retenue, se mesure au Médius : c’est celle des deux qui donne une forte résonance du Halo comme en donne l’exemple ci-dessus.


En Théorie, la forme BNBN est celle qui résonne avec les substances biologiques BNBN favorables. Il doit y avoir une harmonie entre les 4 champs du « Remède », et les 4 champs du malade, ce qui favorise les tests de résonance.


La Photo

La photo directe « visage-cou » est naturellement sous forme de 4 champs basiques. Elle est réversible via Paint. Sera retenue la forme directe dont le Halo résonne fort, de façon similaire au Mot BNBN.


Le malade réel

Il n’a pas sa place dans nos tests devant écran car il n’est pas en 2D mais en 3D, ce qui favoriserait des interférences avec le Pulsologue. En revanche il trouve sa place dans le contrôle du résultat des tests (pendant l’exposition).


Le malade Audio fait exception

Le malade peut en effet vous téléphoner. Et le haut-parleur de celui-ci émet un message Mono en 1D. Tant qu’il est au bout du fil, même sans parler, sa présence devant son microphone suffit à vous transmettre l’information biologique, pathologique de tout son être. C’est assez prodigieux. En cette circonstance, le Pulsologue 3D n’interfère pas.

Il devient ainsi possible de mesurer à distance l’effet sur le pouls d’un traitement.




Spécificité de la résonance entre une photo et une substance



Spécificité du Mot en soi : il peut être composé : « générique-spécialité ». Si jamais il y a erreur sur l’un d’eux, mésalliance, le médius ne perçoit rien !






En revanche, le Nom générique ou celui d’une spécialité médicinale résonne parfaitement avec la photo des gélules du médicament, voire la photo de son emballage qui porte son Nom.

Expérience simple
: afficher sur le PC le Nom du médicament à G de l’écran (Salbutamol) et la photo du même médicament à D (Ventoline), sans contact des images ; le survol à distance avec le Médius D révèle la forte résonance qui unit les deux images ; si l’une d’elles est retirée de l’écran, toute résonance au pouls disparaît ; elle s’évanouit, aussi, quand le Nom ne correspond pas à l’image.







Dissocier l’agent pathogène et la maladie

Prenons le cas des allergènes : il est souvent plus pertinent, en phase aiguë, d’avoir recours à la Maladie induite comme « allergie-aux-plumes » ; en revanche, « Plumes » ne sera réservé qu’à la maladie chronique visant une certaine désensibilisation.

Ceci montre qu’il faut dissocier l’agent pathogène et la maladie, induite par cet agent.




Les Organes du corps




Une branche de l’homéopathie se dénomme Organothérapie.
Nous avons ainsi établi une liste des Organos en 30CH qui comporte 137 éléments.

Nous les avons, au départ, tous présenté sous la forme damier BNBN. Mais des disparités se sont fait jour à l’analyse de chacun : les uns résonnaient normalement en Halo et beaucoup résonnaient au centre via le Médius.

Nous avons alors inversé en NBNB ces derniers, qui se mirent à résonner en Halo à leur tour selon la norme.

Cette analyse nous permit de découvrir que tous les organes antérieurs du corps (les seins) relevaient des damiers BNBN et que tous les organes postérieurs (les reins) relevaient des damiers NBNB.

A la réflexion, il existe une réelle opposition des 16 damiers cutanés antérieurs et des 16 postérieurs.







Damier à 32 champs.

Cette observation est cruciale.
Elle résulte du fait que mes mesures, via le médius droit, se font toujours face à l’écran. La partie postérieure de mon corps, qui ne regarde jamais l’écran est cependant informée par les Infochamps émis par les Organes postérieurs (le rein par exemple), mais ils ne sont bien informés que sous la forme inversée NBNB.

Cette distinction dans l’espace des Mots d’organes avant et arrières nous conduit vers une extension plus générale : toutes les pathologies et toutes les substances médicinales doivent être scindées en médicaments antérieures et postérieures.

Ceci nous a donc conduit à une inversion de toutes les substances BNBN résonnant au centre, en damier NBNB qui résonnent en halo. Ces Mots NBNB correspondent aux remèdes postérieures ciblant les coliques néphrétiques, pancréatites, ou les affections rhumatismales

Ceci explique pourquoi, sur ce site de « remedes-numeriques.com », les spécialités forment un duo : BNBN et NBNB.






Comment procéder avec le PC ?




Avertissement :Le praticien que je suis dispose d’un PC dont le clavier et l’écran sont filaires. Aucun test avec une souris ou un clavier sans fil de connexion avec le PC n’a été réalisé jusqu'ici.

La subtilité de la Pulsologie est telle que le malade peut être remplacé autant par sa photo que par son « Prénom-Nom ».
Nous savons que le Nom du malade est inscrit – via Paint – sur un côté de l’écran.

On Choisit la liste des substances médicinales selon le type de maladie (la spécialité). La liste des médicaments est affichée de manière controlatérale à l’écran.
Normalement, au Prénom BNBN correspond une liste BNBN : c’est la base de la résonance.

Une règle à respecter, pour obtenir une bonne résonance : faire ces tests sur un grand écran afin que prénom et listes de médicaments soient bien latéralisées. La ligne médiane (LM) du Pulsologue doit être au centre de l’écran, à équidistance de ces deux champs.
Ici encore on retrouve l’influence de la face du praticien-testeur et de la LM de son visage ; comme on retrouve son influence sur les maladies ou les « médications » antérieures et postérieures.


Le choix du stylo détecteur

Le Prénom et les médicaments étant BNBN, on choisit le stylo NBNB.
Le Prénom et les médicaments étant NBNB, on choisit le stylo BNBN.






Mode d’emploi des remedes-numeriques

Election des remèdes

Le Patient

.
Il est représenté par son Prénom-et l’Initiale de son Nom de manière cadrée – via Paint. Sous forme BNBN ou NBNB. Il est affiché sur un côté de l’écran, pour les remèdes, souvent à gauche.

Le patient peut aussi être remplacé par la photo de son visage et de son cou (ils forment un damier élémentaire.

Le NOM du patient ou sa Photo peuvent être zoomés, agrandis (3 à 4 cm de large ou de haut).



La liste des médicaments qui sont envisagés


L’élection repose sur la liste des substances médicinales proposées dans un domaine particulier (Rhumato par exemple). Cette liste est du côté droit de l’écran.

En raison de la longueur des listes de certaines spécialités, nous avons mis quelques repères (des lignes de tirets) et analysons chacun des espaces entre tirets.

Avec le détecteur-stylo nous survolons (supra) les diverses médecines de la spécialité incriminée pour cibler le remède résonant apte à soulager le malade.

Il va sans dire qu’aucune résonance ne se produit si aucun remède spécifique n’existe dans la liste survolée. Mais certains remèdes apparentés peuvent se manifester par défaut.



Le Praticien


Le nez du Pulsologue pointe vers le centre de l’écran

Il intervient via son pouls et son stylo BNBN ou NBNB (trouvé sur le site (00 Labradorite).
C’est le Motfilm « bout de médius » qui induit le stylo en plastique, tenu à 10 cm de l’écran. Le stylo est à recharger une fois tous les 2 jours.

Le praticien ne peut pas tester des remèdes directement sur le malade en 3D car, dans ce cas, des interférences informatives se produiraient avec lui-même en 3D.

Si le Pulsologue recherche un Diagnostic pour lui-même, il doit entrer lui aussi son Prénom-N en 2D, par cohérence, pour respecter la liste des pathologies en 2D.



Election des Remèdes en l’absence du patient



La subtilité de la Pulsologie est telle que le malade peut être remplacé autant par sa photo que par son « Prénom-Nom ».

Ce qui interpelle vivement, c’est ceci : le Prénom-N. n’est pas daté ! Tout se passe comme si le temps n’existait pas ! A trois mois d’écart un même patient peut être porteur de deux affections différentes ; or les remèdes élus seront en phase avec l’état sanitaire actualisé du patient représenté par son Prénom-N sur lequel le Pulsologie se concentre.
Elle va à l’encontre de la démarche scientifique qui exige la répétitivité de toute expérience.

Ceci n’est pas une expérience par la pensée ; j’’évoquerais plutôt une expérience, transcendante car celle-ci ne peut réussir que si le porteur du Prénom-N est vivant : en effet le damier du Prénom-N. d’une personne décédée reste muet en regard du médius ! Bref, on peut toucher du doigt la Transcendance, donc les deux Mondes.



Particularismes

Les intoxications phytosanitaires


Les phytosanitaires ont la particularité d’être oscillants ; toutes les 6 Pulsations (par ex) le Médius résonne, au milieu du Mot, alternativement en Long et en Travers.

Cet état oscillatoire, assez rare, témoigne de la nature chimique des phytosanitaires qui agissent en bloquant, en inhibant des mécanismes biologiques. Par ailleurs ces produits phytosanitaires résonnent tous avec le « Stylo détecteur de substance cancérigène ou oscillante ».

Une exposition des plantes à ces Motfilms serait plus souhaitable que l’application réelle de ces vraies substances chimiques. Elle pourrait agir sur le sol ou sur les plantes en culture. Même sur une grande surface. Mais à quel bon moment de la pousse ?

Pour le malade intoxiqué ou l’agriculteur imprudent, ce n’est pas le produit causal qui peut le soulager mais le groupe « Intoxication-par-organophosphoré » par exemple, groupe qui perd son état oscillant.


Les Virus

Ils sont souvent en cause, ils initient bien des maladies.

Le premier virus qui résonne est généralement le fautif car il pulse en travers en continu. Peut-on le neutraliser ?

L’hypothèse, la supposition que d’autres virus pourraient être des « contrepoisons » au virus pathologique causal peut être évoquée : au virus causal NBNB s’opposerait un virus BNBN en résonance. Mais que vaut cette résonance ?

Cette méthode en effet ne convient pas aux bactéries : deux bactéries opposées qui résonnent révèlent plutôt une analogie de structure ce qui conduirait, après exposition, à une aggravation des troubles pathologiques.

Ce procédé est donc encore à l’étude. En l’occurrence, les listes de virus, bactéries, allergènes ne visent que le diagnostic mais non la thérapie.


Dissocier l’agent pathogène et la maladie

Prenons le cas du Coronavirus X : il est pertinent, en phase aiguë, d’avoir recours à la Maladie induite tel que « Covid X », le d signifiant disease . Mais le virus lui-même aggraverait ; il pourrait seulement être suggéré comme vaccin du sujet sain.

Ceci montre qu’il faut dissocier l’agent pathogène et la maladie, induite par cet agent.


L’Exposition thérapeutique


Le Motfilm Remède, adapté au malade, s’affiche de manière visuelle au centre de l'écran.

Il est statique, immobile ; il envoie, via les champs EM porteurs de l’écran, une information spécifique.

Pour chaque médicament ou principe médicinal, un Motfilm est proposé qui cible le Malade atteint.
Plusieurs Motfilms sont souvent nécessaires (cas du Covid). Infectiologie et complications : pathologies Cardio-vasculaires, Système nerveux central, Rhumato.

Dès le début de l'exposition le pouls bat fortement (si le Motfilm est bien ajusté, opportun). Pendant la durée d’imprégnation de l’organisme, de forts battements du pouls se manifestent ; quand le pouls est calmé, l’expo peut être arrêtée.

En pratique, le malade se place devant l’écran et s’expose à chaque Motfilm, deux minutes au début, puis une min voire 30 secondes ensuite, à raison d’une fois par jour.

Si aucune amélioration clinique ne se produit à l’issue d’une cure de cinq jours, on peut tout suspendre, le Motfilm n’est pas adapté

.

La thérapie établie par le Pulsologue.


En raison des interférences entre les sujets réels en 3D, les élections thérapeutiques ne se font qu’en 2D.

En survolant les listes médicinales avec la pointe du stylo idoine, il obtient une résonance avec le Prénom-N du malade.


La thérapie surveillée par le Pulsologue.

Cependant, sur le plan thérapeutique, le praticien peut évaluer, sur son propre pouls, l’effet du Motfilm sur le malade en 3D et sa durée informative.
Son propre pouls décèle par la force et le nombre de ses battements la justesse de l’indication du remède; ceci suppose que le praticien est à peu près neutre, qu’il n’interfère que peu avec son patient.

Tout praticien sachant prendre le pouls radial est apte à apprécier la force des pulsations.
Tout médecin évoquant une thérapie peut contrôler par là même son intuition.


Thérapeute non Pulsologue


S’il envisage un éventuel médicament utile, il peut le trouver via la fenêtre de recherche.
Il s’oriente alors vers celui-ci et y expose son patient. Et si le pouls bat avec force, il a la preuve que son intuition était bonne. Ces forts battements doivent durer une demi-minute pour que ce médicament soit bien ciblé ; s’ils ne durent que six à 10 secondes, le remède est secondaire, accessoire.




Principe de convenance



Il serait hautement préjudiciable et peu fiable d’utiliser des remèdes oncologiques pour traiter un cancer sans l’aval d’un Pulsologue éprouvé qui pourrait orienter le choix thérapeutique.
Toutefois l’Oncologue sera hostile à toute suggestion thérapeutique, étant assujetti aux protocoles qui lui sont imposés….

Il va de soi que les pathologies oncologiques (cancers) sont peu de notre ressort ; nous osons cependant proposer, sur le site « remedes-numeriques.com » des « Motfilms » de nombreux médicaments oncologiques afin de pouvoir choisir, via le pouls, les remèdes les mieux ciblés, les plus adaptés pour l'individu atteint, avant de passer à la chimiothérapie réelle.
Cette approche pourrait-elle se concevoir dans le cadre d’un Staff ? Elle n’a aucune chance de voir le jour, les protocoles internationaux ayant le soutien des laboratoires pharmaceutiques ont une approche statistique et non individuelle, justifiée et non irrationnelle, scientifique et non spirituelle.

En revanche, nous ne pouvons qu’inciter les malades souffrant de bobologie à expérimenter ces remèdes dès lors qu’ils savent d’expérience ce qui leur convient.

Ces remèdes peuvent aussi pallier les médicaments réels en rupture de stock.
La fenêtre, en haut à gauche, permet de trouver immédiatement la substance recherchée.

Certains anciens remèdes, mis sur la touche pour incompatibilité commerciale, peuvent ici être retrouvés.
C’est le cas de « Eucalyptine le Brun injectable » qui, générateur d’abcès de fixation a minima, très prescrit dans les années 1960 à 1970, faisait trop d’ombre aux antibiotiques.

Les Remèdes rétablissent l’équilibre des malades en contrant leur déséquilibre biologique. Certes dans les cas chroniques, la nature pathologique reprend ses droits et une nouvelle exposition aux Motfilms favorables s’impose.

« Guérir parfois, soulager souvent, consoler toujours » a dit Ambroise Paré. C’est ce que nous essayons de faire.

Grâce aux Motfilms pouvons-nous dire comme Lamartine « Objets inanimés avez-vous donc une âme ? » Nous nous contenterons de dire qu’ils ont surtout une Ame informative et que c’est vers celle-ci que nous nous orientons.

Grâce à la Pulsologie, via l’électronique, nous sommes passés de la Science dure à la l’approche spirituelle de la Vie.

Je serais bien présomptueux de ne pas associer au succès de cette recherche mes amis D.C. et A.G. auxquels je rends un hommage vif et mérité.


J-C T








Home : Digital remedies

Informative Biofields transferred by the PC screen


   RECEPTION


English Last updated: 2024 05 30

The content of this site is given for informational purposes, within the strict framework of exploratory research; The data have not been evaluated by official agencies, any use other than for cultural and research purposes and made by competent and knowledgeable people, can only be evaluated under the sole and total responsibility of their author.
We accept no liability for any other use. Similarly, anyone who knows they have a disease, or who thinks they have one, must contact their doctor and must not suspend their treatment or modify it in any way whatsoever.



"Pure" information.


Against all odds, homeopathy has continued its career for two centuries despite the obstacles and constraints imposed on it by pharmaceutical laboratories to curb it.
It is only since the thesis of a student of Dr. J. Benveniste, that homeopathy has taken on new "roots". It was also as a result of other work that J. Benveniste undertook the digital recording of chemical substances. This work was taken up by Professor Luc Montagnier.

The notion of "pure" information, not physico-chemical, leads to digital remedies. This information comes from all medicinal substances; The best example of this is the homeopathic remedy in high dilution: the original pharmacological substance is absent.

For our part, we read distinctly the Pulse of P. Nogier. In fact, many practitioners could improve their skills in this clinical examination, since it is palpation. This pulse is a biological instrument like no other; No physical measuring device can replace it. It was greatly lacking in our first two researchers.
As the promoter of the www.pulsologie.com. site, I have acquired enough experience to put Nogier's pulse at the service of medicinal information.

The digital remedies of this new site are both the practical outcome of the Pulsologie site and the work of our precursors.
The information fields of these remedies are transferable, via the computer screen, to the patient who is exposed to them. They can also be transferred via substances that carry a certain memory, the inferable substances. Water or homeopathic granules made of sucrose-lactose (85/15 percent) are inflible substances. The information fields for these substances are thus accessible to researchers.

Digitized remedies are very numerous and form various collections that are sopen acces. But this supply may be threatened by possible squabbles with pharmaceutical companies. Even homeopathic products are presented in the 12CH form only. It is conceivable to transfer the information from a 12CH to a medium (water, etc.).


"Motchamp" or Word Fields


These Motchamps are the new addition to our Update.

In the Reception of "soins-numerises.com" we said that the informative fields proceed from Life, but also from the Word and from each WORD".
This is an evolution, a mutation, a spiritualization of our research.

From the zoomed center point to the Word in its entirety


Our previous Biofilms emanated from a zoomed-in central point. This point represented the "core" of an audio bandwidth or any pathological image photo. He was spotted with a particular detector. Its amplification (zoom) was supposed to marginalize the surrounding image in favor of this nucleus. And he brought me encouraging but inconsistent therapeutic results...

Then we moved on to the well-framed Word. The photo of a measles, for example, was replaced by the word "Measles". With astonishment we found that this word also had a focus that could be exploited as above. We were only intrigued to note that this focus did resonate when a detector flew over it, but that quite often, for other words, the resonance was "halo" as if in relation to a hollow point (pseudo-resonance)...
This led me to question the relevance of my detector pens.



Leading biological detector: the Médius (the middle-finger).



I then came back to the biological detector that I had described, a long time ago, about the checkerboard division of 32 skin fields of the body. The Medius of my hand D (R) has this ability, at its extremity, to summarize the 4 basic fields of the cranial checkerboard ; the same is true of the Medius G (L) and the medial toes.













By skimming my middle finger on framed words, I found two types of words: those whose middle, initially, pulsates strongly (word B) and those whose ends initially pulse strongly (word A).


1/ Against the type B


Deepening the analysis, the Frame-Word, B (written in Black on White), emits four internal fields : L = Pulse in Long, T = Across, Upper Line D = Pulse at an Angle, Upper G at an Inverted Angle.

But this type B word is characterized by its oscillating state. For the lower right angle, for example, the 6 L (lengthwise) pulsations are followed by 6 T (across) pulses. The other 3 angles metamorphose simultaneously; then back to the initial state.

 






In the example given, "Word" belongs to group B.


2/ Let's move on to the Type A Word








If I analyze an antiseptic like Ercefuryl, I am in the presence of a Wordfilm A: the middle finger reveals that the ends of the word resonate primarily and that T, L or Obliques are perceptible at the 4 internal corners of the Word.

But the 4 internal fields still oscillate.




This oscillating and nagging state is a problem that we have had to unravel.



We have said that each word is divisible into 4 internal fields via the medius. We then came up with the idea of transferring to the Word a structure with 4 fields, the one that corresponds to the cutaneous checkerboard, like the one seen above, representing the top of the head.

This conformation gives us a checkerboard with special internal surfaces. Starting from the top left and clockwise, we have a BNBN (WBWB white-black-white-black) aspect.

The center of the word, which is defined by the crossing of the two lines, no longer resonates under the tip of the Medius, it is silent, null, in a stable way.

The internal frames of the Word and their external Halo enter into continuous resonance. And this resonance increases as we move away from the central point.

The four fields and their halo proceed in a subtle way: the pulse pulsates, in each field, along 32 axes that you must certainly be able to apprehend... This evokes the stellar points described a very long time ago on the Pulsologie website.The two black fields are synchronous and the two white ones too; White is in axial opposition to Black.

Finally, these Motfilms have a very stable NUL center and a very pulsating periphery.

Their checkerboard pattern is in harmony with the cutaneous fields of the tip of the Medius and more generally with the 32 fields of the patient.



The Inverted Checkerboard



The BNBN (white-black-white-black) Word became NBNB (black-white-black-white). With regard to the Media, this Word reveals several things. It is the center of the Word that pulsates the strongest. And it pulses continuously transversely. As you move away from the center, the strength of the transverse pulsations declines very quickly, so that the halo is silent very quickly.
This transversality of the pulsations is considered harmful because of its fixity, moreover it goes against the 32 axes seen above.

In reverse, the BNBN Word is considered biological and therefore favorable.



THE SICK MAN AND HIS 2 REPRESENTATIONS


It can manifest itself via its photo (head and neck) sent by email or WhatsApp.

It is also possible to put it in words: "First name-N."

First name-N.

To be in harmony with the checkerboard lists of medications, this N-First Name. must undergo, via Paint, a "checkerboard setting" itself:

Paint offers the option to invert the colors from BNBN to NBNB. The shape, which must be retained, is measured in the Middle Range: it is the one of the two that gives a strong resonance of the Halo as given in the example above.

In theory, the BNBN form is the one that resonates with biological substances BNBN favorables. There must be harmony between the 4 fields of the "Remedy" and the 4 fields of the patient, which favors resonance tests.

The photo

The direct "face-neck" photo is naturally in the form of 4 basic fields. It is reversible via Paint. The direct form whose Halo resonates strongly, similar to the BNBN Word, will be retained.

The real patient

It has no place in our screen tests because it is not in 2D but in 3D, which would promote interference with the Pulsologist. On the other hand, it finds its place in the control of the results of tests (during exposure).

The Audio patient is an exception

The patient can indeed call you. And the speaker of this one emits a Mono message in 1D. As long as he is on the other end of the line, even without speaking, his presence in front of his microphone is enough to transmit to you the biological and pathological information of his whole being. It's quite prodigious. In this circumstance, the 3D Pulsologist does not interfere.
This makes it possible to measure the effect of a treatment on the pulse remotely.



Specificity of the resonance between a photo and a substance


The specificity of the word itself is that it can be composed : "generic-specialty". If ever there is an error on one of them, a misalliance, the medium perceives nothing!





On the other hand, the generic name or that of a medicinal product resonates perfectly with the photo of the capsules of the drug, or even the photo of its packaging that bears its name.

Simple experiment: display on the PC the name of the drug at G on the screen (Salbutamol) and the photo of the same drug at D (Ventolin), without contact of the images; the remote hover with the Middle D reveals the strong resonance that unites the two images; if one of them is removed from the screen, any resonance with the pulse disappears; it vanishes, also, when the Name does not correspond to the image.






Dissociating the pathogen from the disease

Let's take the case of allergens: it is often more relevant, in the acute phase, to resort to the induced disease such as "feather allergy"; on the other hand, "Plumes" will only be reserved for chronic diseases aiming at a certain desensitization.

This shows that the pathogen and the disease, induced by this agent, must be dissociated.





The Organs of the Body




A branch of homeopathy is called Organotherapy. We have thus established a list of Organos in 30CH which includes 137 elements.

We initially presented them all in the BNBN checkerboard form. But disparities emerged in the analysis of each one: some normally resonated in the Halo and many resonated in the center via the Medius.

We then reversed these into NBNB, which in turn began to resonate in Halo according to the norm.

This analysis allowed us to discover that all the anterior organs of the body (the breasts) were BNBN checkerboards and that all the posterior organs (the kidneys) were NBNB checkerboards.

On reflection, there is a real opposition between the 16 anterior and 16 anterior skin checkerboards.




The 32 fields of the checkerboard

This observation is crucial. It results from the fact that my measurements, via the right middle finger, are always facing the screen. The posterior part of my body, which never looks at the screen, is however informed by the Infofields emitted by the posterior organs (the kidney for example), but they are only well informed in the inverted form NBNB.

This distinction in the space of the front and rear organ words leads us to a more general extension:. all pathologies and all medicinal substances must be divided into anterior and posterior drugs.
This has led us to an inversion of all the BNBN substances resonating in the center, in a checkerboard NBNB that resonates in a halo. These NBNB words correspond to later remedies targeting renal colic, pancreatitis, or rheumatic conditions

This explains why, on this "remedes-numeriques.com" site, the specialties form a duo: BNBN and NBNB.


How to proceed with the PC?




Warning
: The practitioner has a PC with a wired keyboard and screen. No tests with a wireless mouse or keyboard to connect to the PC have been carried out so far.

The subtlety of Pulsology is such that the patient can be replaced as much by his photo as by his "First Name-Last Name".
We know that the patient's name is written – via Paint – on one side of the screen.

The list of medicinal substances is selected according to the type of disease (the specialty). The list of medications is displayed contralaterally on the screen.
Normally, the First Name BNBN corresponds to a BNBN list: this is the basis of the resonance.

A rule to be respected, to obtain a good resonance: do these tests on a large screen so that the first name and lists of drugs are well lateralized. The midline (ML) of the Pulsologist should be in the center of the screen, equidistant from these two fields.
Here again we find the influence of the practitioner-tester's face and the LM of his face; just as we find its influence on diseases or previous and subsequent "medications".



The choice of detector pen


The first name and the medicines being BNBN, we choose the NBNB pen.
The first name and the medicines being NBNB, we choose the BNBN pen.





How to use digital remedies

Election of Remedies


The Patient

He is represented by his First Name and the Initial of his Last Name in a framed way – via Paint. In BNBN or NBNB form. It is displayed on one side of the screen, for remedies, often on the left.

The patient can also be replaced by a photo of his face and neck (they form an elementary checkerboard.

The patient's NAME or photo can be zoomed in, enlarged (3 to 4 cm wide or high).




The list of medications that are being considered

The election is based on the list of medicinal substances proposed in a particular field (rheumatology for example). This list is on the right side of the screen.

Due to the length of the lists of some specialties, we have put some markers (dash lines) and analyze each of the spaces between dashes.

With the detector-pen, we fly (above) over the various medicines of the offending specialty to target the resonant remedy capable of relieving the patient.

It goes without saying that no resonance occurs if no specific remedy exists in the hovered list. But some related remedies can manifest themselves by default.


The Practitioner


The Pulsologist's nose points to the center of the screen

He intervenes via his pulse and his BNBN or NBNB pen (found on the site (00 Labradorite).
It is the Wordfilm "end of the medius" that induces the plastic pen, held 10 cm from the screen. The pen should be recharged once every 2 days.

The practitioner cannot test remedies directly on the patient in 3D because, in this case, informative interference would occur with himself in 3D.

If the Pulsologist is looking for a Diagnosis for himself, he must also enter his First Name-N in 2D, for consistency, to respect the list of pathologies in 2D.



Election of Remedies in the Patient's Absence


The subtlety of Pulsology is such that the patient can be replaced as much by his photo as by his "First Name-Last Name".

What is very striking is this: the First Name-N. is not dated! Everything happens as if time did not exist ! Three months apart, the same patient can be a carrier of two different conditions; however, the chosen remedies will be in line with the patient's updated state of health, represented by his or her N-First Name, on which Pulsology focuses. It goes against the scientific approach which requires the repetitiveness of any experiment.

This is not an experience by thought; I would rather evoke an experience, transcendent because it can only succeed if the bearer of the Name-N is alive: in fact, the checkerboard of the Name-N. of a deceased person remains silent in front of the medius! In short, we can touch with our fingers the Transcendence, and therefore the two Worlds.



Peculiarities



Phytosanitary poisoning


Phytosanitary products have the particularity of being oscillating; every 6 Pulsations (e.g.) the Middle Resonates in the middle of the Word alternately in Long and Across.

This oscillatory state, which is quite rare, testifies to the chemical nature of phytosanitary products that act by blocking and inhibiting biological mechanisms. In addition, these phytosanitary products all resonate with the "Carcinogenic or Oscillating Substance Detector Pen".

Exposure of plants to these Motfilms would be more desirable than the actual application of these real chemicals. It could act on the soil or on plants in cultivation. Even over a large area. But at what good time of growth?

For the intoxicated patient or the careless farmer, it is not the causative product that can relieve him but the "Organophosphate poisoning" group, for example, a group that loses its oscillating state.
.

Viruses


They are often involved, they initiate many diseases.
The first virus that resonates is usually the culprit because it pulses crosswise continuously. Can it be neutralized?

The hypothesis, the supposition that other viruses could be "counter-poisons" to the causal pathological virus can be evoked: the causal NBNB virus would be opposed by a BNBN virus in resonance. But what is this resonance worth?

This method is not suitable for bacteria: two opposite bacteria that resonate reveal a structural analogy, which would lead, after exposure, to an aggravation of pathological disorders.

This process is therefore still being studied. In this case, the lists of viruses, bacteria, allergens are only for diagnosis but not for therapy.


Dissociating the pathogen from the disease


Let's take the case of Coronavirus X: it is relevant, in the acute phase, to resort to the induced disease such as "Covid X", the d meaning disease. But the virus itself would worsen; it could only be suggested as a vaccine for healthy subjects.

This shows that the pathogen and the disease, induced by this agent, must be dissociated.





Therapeutic Exposure



The Wordfilm Remedy, adapted to the patient, is displayed visually in the centre of the screen.

It is static, immobile; it sends specific information via the EM fields that carry the screen.

For each drug or medicinal principle, a Wordfilm is proposed that targets the affected patient. Several Motfilms are often necessary (case of Covid). Infectiology and complications: cardiovascular pathologies, central nervous system, rheumatology.

From the beginning of the exhibition, the pulse beats strongly (if the Motfilm is well adjusted, opportune). During the time of impregnation of the organism, strong beats of the pulse are manifested; when the pulse is stilled, exposure can be stopped.

In practice, the patient places himself in front of the screen and exposes himself to each Wordfilm, two minutes at first, then a min or even 30 seconds later, once a day.

If no clinical improvement occurs at the end of a five-day treatment, everything can be suspended, the Motfilm is not suitable.


The therapy established by the Pulsologist.


Due to the interference between real subjects in 3D, therapeutic elections are only done in 2D.

By skimming over the medicinal lists with the tip of the appropriate pen, he obtains a resonance with the patient's First Name-N.


Therapy monitored by the Pulsologist.


However, from a therapeutic point of view, the practitioner can control, on his own pulse, the effect of the Wordfilm on the patient in 3D and its informative duration.
His own pulse detects by the strength and number of its beats the correctness of the indication of the remedy.

Any practitioner who knows how to take the radial pulse is able to appreciate the strength of the pulsations.
Any doctor who evokes therapy can control his intuition by this very fact.


Non-Pulsologist Therapist


If he is considering a possible useful medication, he can find it via the search window. He then turns to the latter and exposes his patient to it. And if the pulse beats strongly, it has proof that its intuition was right. These strong beats must last half a minute for this drug to be well targeted; if they last only six to 10 seconds, the remedy is secondary, accessory.



Principle of convenience



It would be highly detrimental and unreliable to use oncological remedies to treat cancer without the approval of a proven Pulsologist who could guide the therapeutic choice. However, the Oncologist will be hostile to any therapeutic suggestion, being subject to the protocols imposed on him....

It goes without saying that oncological pathologies (cancers) are not our responsibility; however, we dare to offer, on the "remedes-numeriques.com" site of the "Motfilms", many oncology drugs in order to be able to choose, via the pulse, the best targeted remedies, the most suitable for the affected individual, before moving on to actual chemotherapy.
Could this approach be conceived in the context of a Staff Meeting? It has no chance of seeing the light of day, the international protocols with the support of pharmaceutical laboratories have a statistical and not an individual approach, justified and not irrational, scientific and not spiritual.

On the other hand, we can only encourage patients suffering from bobology to experiment with these remedies as soon as they know from experience what suits them.

These remedies can also compensate for real drugs that are out of stock.
The window at the top left allows you to immediately find the substance you are looking for.

Some old remedies, sidelined for commercial incompatibility, can be found here.
This is the case of "Injectable Brown Eucalyptin" which, as a generator of minimal fixation abscesses, was widely prescribed in the 1960s and 70s, and overshadowed antibiotics.


The Remedies restore the balance of the sick by countering their biological imbalance. Of course, in chronic cases, the pathological nature reasserts itself and a new exposure to favourable Motfilms is necessary.

"Heal sometimes, relieve often, always console," said Ambroise Paré. That is what we are trying to do.

Thanks to the Motfilms, can we say, like Lamartine, "Inanimate objects, do you have a soul?" We will content ourselves with saying that they have above all an informative Soul and that it is towards this that we orient ourselves.

Thanks to Pulsology, via electronics, we have moved from hard science to the spiritual approach to Life.

I would be very presumptuous not to associate my friends D.C. and A.G. with the success of this research, to whom I pay a lively and well-deserved tribute.


JCT